Présentation

nadia vuillaume atiste peintre

Nadia Vuillaume est née au début des années soixante, dans la campagne normande où elle a grandi. Ce contexte lui a permis d’être en contact avec la nature, un rythme de vie lié à la terre et aux saisons. Le peu de divertissement que l’on y trouvait lui a donné la chance de s’imprégner des choses et des gens, d’observer, de traverser la vie les yeux grands ouverts, de décupler une sensibilité déjà fort exacerbée.
Enfant, elle se rappelle avoir passé de longues heures, assise sur les marches qui menaient au jardin, à simplement regarder les lumières balayer les collines lointaines. C’est à ce moment-là qu’elle a développé un esprit inventif qui l’a conduite plus tard à écrire des scénarios, à recevoir le «phylactère de bronze» en concourant à un salon national de la Bande Dessinée et à ouvrir, avec succès, le premier atelier «initiation et perfectionnement à la réalisation de la BD» en région parisienne, hors des écoles nationales existantes.
Cette période juvénile, faite de rêveries, d’imaginaire et de poésie, ne l’a pas portée vers de longues études mais plutôt vers une volonté de transcrire ses bouleversements spirituels via la représentation picturale. Le déclenchement s’est produit suite à un cours de dessin, quand elle avait 14 ans. C’est à ce moment-là qu’elle a réalisé sa première peinture à l’huile. Sa vocation n’a guère suscité l’enthousiasme de son entourage. La peinture comme loisir, oui, comme profession ce n’était pas envisageable !
Le tableau «Invitation à la farniente» créé en 2012 et la série qui en a découlé sont inspirés de cette époque où, protégée du monde extérieur et de ses vicissitudes, elle pouvait laisser son imaginaire voguer sans contrainte ni entrave.

Après une période transitoire où elle a voyagé, s’est mariée et est devenue mère -mais pendant laquelle elle n’a jamais perdu ce besoin, cette nécessité absolue de créer-, Nadia Vuillaume est revenue à la représentation picturale. Elle est alors entrée dans les ateliers d’un peintre et d’un sculpteur qui l’ont nourrie de leur savoir sans jamais intervenir sur son approche et sa signature personnelles.
C’est avec eux qu’elle a compris toute l’importance de maîtriser la technique, tout en laissant la créativité s’exprimer sans entrave ni préjugé. L’art ne peut exister sans liberté. C’est sur ce principe que s’est basé l’enseignement des arts plastiques qu’elle a dispensé durant une vingtaine d’années, dans des ateliers au sein du milieu scolaire et associatif.

Depuis 2010, Nadia Vuillaume exerce son métier d’artiste peintre à plein temps. Les expositions et les salons s’enchaînent en Europe. En parallèle, elle dispense des séances de coaching en art.
Son médium de prédilection est toujours l’huile, c’est une longue histoire d’amour avant tout. Le contact de cette pâte onctueuse avec le pinceau, la rencontre avec la toile, l’odeur des diluants…

En 2013, une directrice artistique a écrit : «De la couleur jaillit une transcription subtile de la réalité mue par une volonté d’harmonie et d’équilibre. Dans l’œuvre de Nadia Vuillaume, le dessin juste et précis s’affirme à travers la ligne qui structure les formes des objets, des figures, de la ville, magnifiées par des couleurs franches et contrastées. Nul excès de réalisme dans ses créations qui trouvent un équilibre juste entre figuration et expression plus ou moins allégorique. La structuration de l’espace par la ligne poussée à son extrême crée une forme d’abstraction, proche d’un certain cubisme, qui est transcendée par les couleurs… Dans des compositions à la géométrie imaginaire et aux couleurs chatoyantes, l’artiste transmet une vision spirituelle et sensible du Monde.»

« Méditation », créé en 2014, est à l’origine de sa rencontre avec le poète Maria Torrelli qui l’a proposée pour le prix Raffaello Sanzio, haute reconnaissance des arts en Italie. Maria a écrit : « la peinture de Nadia Vuillaume pleine d’originalité et d’émotivité nous conduit dans un monde de découverte où poésie et questionnement se rencontrent…»
Cette belle rencontre, cette distinction remise par l’Italie, cette reconnaissance artistique, la portent à être sincère et fidèle dans ses engagements et dans la poursuite de son œuvre.